lundi 6 août 2018

Abbas menace de retour à une ligne “dure” avec le Hamas ©


Abbas parle de dissoudre l’Autorité palestinienne et de révoquer la reconnaissance d’Israël – il demande au Hamas de se joindre à une nouvelle ligne dure

La réunion du cabinet de sécurité israélien, dimanche 5 août, a décidé de ne pas réviser sa politique antiterroriste envers Gaza, en réponse au plan de trêve de l’ONU et de l’Egypte. Voici le communiqué publié par le cabinet : “L’armée israélienne est prête à tout scénario” – signifie qu’un effort sera fait, dès à présent, pour éviter de provoquer une conflagration majeure sous forme d’escalade, par une réaction accrue à l’offensive du Hamas par lancers de ballons incendiaires. Les ministres ont agi sur les conseils du chef de l’armée israélienne, le lieutenant général Gady Eisenkot, qui a proposé de poursuivre la politique de retenue, à la lumière des informations venant de Gaza City, selon lesquelles la plupart des dirigeants du Hamas seraient enclins à un cessez-le-feu en échange de l’ouverture des frontières vers Israël et l’Égypte, et pour cette raison, laisseraient la campagne de propagation des incendies criminels se tarir d’elle-même. En outre, le vaste plan avancé par l’émissaire des Nations Unies,Mladenov et l’Égypte pour une trêve à long terme à Gaza, avec des dispositions pour alléger les difficultés de la population sous le règne du Hamas, s’est effondrée après moins d’une semaine. Le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas (Abu Mazen) a, non seulement, opposé son veto à l’ensemble du projet, mais il est allé beaucoup plus loin : il a adopté une position de rejet extrême contre Israël et il exhorte le Hamas à embarquer sur la base de sa proposition de durcissement. Il soutient que ni l’ONU ni l’Egypte ne devraient déterminer le sort de la bande de Gaza, mais seulement les Palestiniens eux-mêmes.
La première mesure d’Abu Mazen a été d’encourager le Hamas à poursuivre ses attaques contre Israël et à ne pas accepter un cessez-le-feu. C’est la première fois que le chef de l’AP s’est ouvertement rallié à la marche du retour du Hamas et à l’extension de la terreur par les cerfs-volants et les ballons incendiaires. Sa prochaine étape serait de déclarer dissoute l’Autorité palestinienne, suivie de la suspension de la reconnaissance palestinienne d’Israël et de l’annulation des accords de paix intérimaires d’Oslo de 1993. Compte tenu du durcissement de la ligne anti-israélienne palestinienne, la politique de retenue et de contention du terrorisme menée par Israël peut se révéler, à terme, insoutenable [NDLR : et contraindre Tsahal à repasser à une répression plus offensive. Mais il faudrait que Hamas et Fatah accordent leurs violons, ce qui n’est pas prêt d’arriver]

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

La France est en guerre avec Israël. Par Guy Millière...

Peut-on le dire ? La France est en guerre contre Israël. La guerre qu’elle livre n’est pas une guerre militaire directe. L’Armée frança...